//
you're reading...
Asie, Australie, Hong Kong, Nouvelle-Zelande, Oceanie, Voyages, WHV

Bien préparer son sac pour un Working Holiday Visa

Quelques conseils


Australie

Préparer son sac pour un Working Holiday est délicat : on part pour 1 an maximum, on veut donc emporter beaucoup de choses. Mais on ne peut pas emporter sa maison à l’autre bout du monde.

Le choix des articles est une quête en soi. L’inventaire change en général au fur et à mesure qu’on approche de la date de départ. Rien ne sert donc de préparer son sac un mois à l’avance. Mais une ébauche de l’inventaire évitera toujours de faire des erreurs à la dernière seconde en oubliant un objet très utile auquel vous n’avez pas pensé.

Le choix du sac est stratégique. Car il dépend de ce que vous voulez faire pendant votre WHV et de lui dépend aussi votre mobilité. Vous serez amené à rester dans une ville pendant plusieurs mois ? Une valise ou un sac de voyage sera un bon choix. Si vous comptez bouger fréquemment, choisissez plutôt un sac à dos, vous serez plus mobile.

Et rien ne vous empêche de choisir un grand sac à dos même si vous restez à Toronto ou Sydney pendant 6 mois, car en fonction de la composition de votre pack, vous serez plus où moins mobile.

Dans cet article, nous allons dans un premier temps nous pencher sur la composition d’un sac, en tant que backpacker vétéran de l’Australie je donnerai l’inventaire de mon pack personnel puis je donnerai mon avis sur les possibles variations qu’il peut y avoir en fonction de la destination de votre WHV. On ne prépare pas un sac pour partir au Canada de la même façon que pour partir en Australie.

Mais commençons par le début, à savoir le choix du sac, en tenant compte de ce que nous avons déjà vu plus tôt.

Choix du sac

Il faut le faire soigneusement. Vous prenez un sac qui va vous faire un an, mais aussi beaucoup plus à l’avenir, car je doute que vous le jetterez à la poubelle une fois votre WHV terminé. Sauf si vous prenez « le moins cher ». C’est mon premier conseil. Ne prenez jamais le moins cher si il s’agit d’un objet qui doit vous durer longtemps. Vous vous épargnerez les désagréments d’un sac qui casse au mauvais moment ou dont une poche se déchire en pleine rue alors que vous devez courir pour attraper le bus pour l’aéroport. Ce conseil d’éviter le moins cher est d’ailleurs valable pour vos objets de valeur, mobile, caméra, appareil photo, pc portable, mais on y viens un peu plus bas.

Sachez que le prix d’une valise/sac de voyage varie entre 60€ et 300€ et idem pour un bon sac à dos. Le mien m’a coûté 300€, mais il est pour l’exemple d’une robustesse à la hauteur de ce prix et une fois sur le terrain, vous serez rapidement content de les avoir mis dedans.

Après, libre à vous de choisir le sac correspondant à vos besoins. J’ai acheté un sac à dos Kajka adapté pour l’autonomie complète, mais si votre budget vous oriente vers un sac moins cher, vous pouvez trouver votre bonheur parmi des sacs Millet (made in france) à 120€.

Mon même conseil vaut pour tout les appareils électroniques donc : pas besoin d’engouffrer 500€ dans un smartphone si vous n’en avez pas l’utilité. Mais dans le cas contraire, vous serez content de l’avoir déjà en poche et de pouvoir vous en servir sur le champ, plutôt que de devoir vous débrouiller avec un appareil qui marche mal ou n’a pas les fonctionnalités qui peuvent vous servir sur le terrain.

En règle générale, rappelez-vous que vous êtes des aventuriers, vous devez donc avoir les bons outils, savoir vous en servir et surtout, quand vous devrez vous en servir, ils doivent fonctionner !!

Idem pour votre pc portable, est-ce que votre super laptop 22 » quadcore 8 Giga de Ram DDR3 1To de disque dur va vous être utile sur le terrain ? Va t’il être adapté à votre mobilité ou allez-vous devoir vous adapter à lui ? C’est vous qui partez, c’est vous qui décidez.

Dans cette même optique, allez-vous accepter de courir le risque d’abîmer votre laptop à 2000€ si pour 400€ vous pouvez acheter un petit PC format notebook qui pour le surf sur internet, stocker vos photos et vos vidéos GoPro sera largement suffisant ? Prenez le temps de réfléchir à cela.

Et prenez aussi en compte la durée de vie de ces appareils. Un pc portable à une mort programmée au bout de 2, 3 ans. Oui, mort programmée ! Cela dépend de l’utilisation que vous en ferez, mais au bout d’une période donnée, tout ces appareils se mettent à déconner.

Sachez en outre que selon votre destination, il peut être futé de comparer les prix français et ceux du pays ou vous allez, ainsi que des pays dans lesquels vous allez éventuellement faire une escale. Si vous n’avez pas peur d’un laptop avec un clavier QWERTY qui vous fera économiser 200€ par rapport à son prix français, il y a une affaire à faire.

Que mettre dans son sac ?

  • Vous avez choisi votre sac, il faut maintenant le remplir. Les indispensables :

Une multiprise (4 ou 5 prises de préférence) cela vous évitera de devoir charger tout vos appareils séparément. L’adaptateur ? Vous verrez bien. Si vous en trouvez un à moins de 20€, allez-y. Sinon, laissez c’est du vol. Les vendeurs peu scrupuleux en France vous diront que c’est mieux d’y acheter avant de partir, et une fois à l’étranger on vous dira le contraire ! De plus sur place, vous en trouverez partout.

  • Un couteau suisse. Vous devrez le laisser en soute car c’est interdit en cabine, on vous le confisquerais. Mais si vous pouvez en trouver aussi sur place, sachez que les prix sont plus élevés car ils sont importés. A vous de voir si pareil, mettre $20 de plus que le prix standard pour un modèle Wenger ou Victorinox vaut la peine ou non. Si vous emportez votre fidèle couteau avec vous, il sera toujours dans votre poche dès que vous en aurez besoin. -Et vous en aurez souvent besoin- Ne le perdez pas.
  • Votre console de jeu portable/votre lecteur MP3. Cela peut sembler superflu mais vous serez content de les avoir pendant vos 10h de vol ou lorsque vous aurez de la marche à faire, sur un trajet que vous aurez déjà fait en long en large et en travers, seul(e) et à pied car vous avez raté le dernier bus.
  • PC portable, appareil photo : on en a déjà parlé, vous savez quoi faire.
  • Partez le moins chargé possible : On a abordé ce que d’après moi il faut avoir dans son sac, mais pas jusqu’à quelle limite. On reviens toujours plus chargé qu’on en part. Alors veillez à partir le moins chargé possible. Les consommables se trouvent sur place, les vêtements courants aussi. Moins vous aurez de choses au départ, plus vous aurez de place pour ramener des souvenirs, et nous savons qu’il seront nombreux. Faites des essais, portez votre sac, essayer de vous déplacer, voir de courir sur de courtes distances. Tout ces détails peuvent compter.
Pack fin du WHV.jpg

Mon pack complet le jour du retour en France

Ou allez-vous ?

Histoire d’en remettre une couche, la suite de votre inventaire dépend de votre destination. Si vous allez en Australie, privilégiez la mobilité et des vêtements légers, des chaussures de rando, une veste manches longues avec beaucoup de poches, laissez votre chemise préférée et prenez des sous-vêtements pour une semaine. Visez la mobilité facile car même si ce n’est pas votre objectif de départ, les choses à voir sont si dispersées dans ce pays, et certaines régions tellement vides que lorsque vous en aurez fait le tour, vous ne penserez plus qu’à bouger dans un autre coin. C’est le pays qui définit la nature des backpackers qui y viennent : L’australie est un pays composé de gens très mobiles. Même les australiens. Vous le verrez sur les autoroutes. Tout le monde bouge, à n’importe quel âge. Certains autres pays feront de vous au contraire plutôt des sédentaires que des SDF volontaires, tel le Japon ou le Canada. Car si pour le premier, les dimensions de ce bel archipel et ses infrastructures vous permettrons de visiter dans la même journée la cité impériale et vous promener au bord de l’océan pacifique, dans le second, la rudesse du climat vous encouragera à patienter plusieurs mois avant de prendre la route ou la voie des airs pour changer de paysage.

Mais dans l’absolu, c’est vous qui écrirez votre aventure. Peut être suivrez-vous une bande de copains avec un modèle déjà rôdé -je parle de plan de route bien entendu- avec risques réduits, ou alors ferez-vous abstraction de tout cela pour tailler votre chemin vous-même, accompagné ou non ? Dans les deux cas, vous vous souviendrez de cette aventure toute votre vie. Ce sera votre histoire, les pierres à l’édifice de votre légende.

Devenez légendaire.

____________________________________________________________________________

Ce texte est inspiré de faits réels. Surtout les conseils pour éviter de se retrouver dans le pétrin.

À propos de Romain Roche

Backpacker. Germanophile. Danseur SBK. Joueur Old-school/Retrogamer. Fou d'aviation, de photo et bien sûr d'écriture. Bienvenue chez moi.

Discussion

3 réflexions sur “Bien préparer son sac pour un Working Holiday Visa

  1. Ce barbu m’est familier,

    En effet je suis ton père ChrisPoutine,
    tu a fais un beau parcours et je suis fier de toi,
    et je suis comme toi secret.

    VADOROCHE

    Publié par ROCHE | 18 août 2016, 03:20
  2. Bonjour! Greetings from Hong Kong! I am sorry that I don’t know France, but i guess that you had been to Hong Kong for working holiday? May I know are you interested to share your experience to Hong Kong people? I look forward to hearing from you! Thank you!

    Publié par Miss Wong | 27 avril 2017, 10:38

A quoi pensez-vous?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Qui suis-je?

Romain Roche

Romain Roche

Backpacker. Germanophile. Danseur SBK. Joueur Old-school/Retrogamer. Fou d'aviation, de photo et bien sûr d'écriture. Bienvenue chez moi.

Liens Personnels

Afficher le Profil Complet →

Select your language

%d blogueurs aiment cette page :