//
you're reading...
3615 MYLIFE, Autopsychanalyse, Culture, Langues étrangères, Personne ne lira cela, Réflexions

REDACTION

En français, c’est un mot qui désigne un texte « rédigé ». C’est-à-dire construit. Pas excellent, pas moyen, pas mauvais, tout à la fois, à condition qu’il soit rédigé. Je ne savais pas en écrivant des rédactions pour le cours de français au collège que j’en ferais spontanément vingt ans plus tard. Surement de bien meilleure qualité, plus constructives, mais pas notées celles-là.

Cette nuit, la troisième d’affilée où je ne trouve pas le sommeil, je débarrasse mon clavier de tous les papiers que j’ai posés dessus en me disant « je les classerais demain » au conditionnel car je déteste la paperasse, et je me mets à écrire. Mes profs de français et de philo ne le savent pas, mais en m’encourageant à écrire, elles/ils m’ont armé. Et aussi donné un outil thérapeutique gratuit car je m’en sers beaucoup pour mettre de l’ordre dans ma tête.

Cette nuit, nous allons nous pencher sur le mot « redaction » en anglais, c’est la raison pour laquelle il n’a pas d‘accent. En anglais, Redaction veut dire correction, réécriture (merci QuickDic). C’est ce qu’on appelle un faux-ami. Car il ressemble exactement à notre mot français mais avec un sens différent.

Pourquoi je m’arrête sur ce mot ? Déjà parce que c’est quelque chose que je fais régulièrement. En tant que maniaque/perfectionniste (tout dépend du point de vue) j’écris un texte, je le sauvegarde et je le relis. Sur 10 textes que j’écris, j’en publie 5 où 6. Une fois publié, je le relis. Je le modifie. Ce qui d’ailleurs déclenche des envois d’emails répétés à mes abonnés, excusez-moi pour cela. On est fin 2019, je relis des articles écrit entre 2009 et 2011 pour constater l’évolution de ma prose. Et là, ça continue, telle phrase ne me plait plus, telle phrase sensée être drôle ne l’est pas du tout, etc. J’ai un besoin perpétuel d’améliorer ce que j’ai déjà. Pour ce qui est de mes textes en grande partie lus par moi uniquement, ça va. Pour ce qui est de mon adresse au repassage… c’est plus compliqué, mais je persévère !

On dit que les personnes dépressives vivent dans le passé, les insouciantes dans le présent et les anxieux dans le futur. Alors dans cette logique je crois que je vis toujours légèrement dans le futur. Bien malin celui qui arrive à lire l’avenir. Comme le dit un maître Jedi dont la grandeur de la sagesse n’a d’égal que sa petite taille « Toujours en mouvement est le futur ». Donc je ne sais pas dans quelle direction ça va aller. En 2018 j’ai dit que des choses importantes allaient se passer et ce fut le cas ; en 2019 j’avais aussi prévu que des choses importantes se passent, sauf qu’une grande partie est allée dans une direction indésirable (décès, lenteur administrative, déceptions sentimentale et professionnelle…) ; en 2020, c’est obligatoire : il faut qu’il se passe quelque chose qui aille dans mon sens ! Je me suis déjà demandé si les dés n’étaient pas pipés à force de rouler en ma défaveur. Toutefois, c’est en général quand on est dos au mur qu’on sort ses meilleures figures. Parce qu’on ne peut plus aller que de l’avant. La vie est courte, il faut toujours le garder en tête. Quand on vit dans le futur, on ne vit pas son présent. Et par la présente, en essayant de le rattraper, on vit son présent dans le passé. C’est une lacune. Car tout le monde ne vit pas à la même vitesse.

On ne peut pas réécrire le passé, mais on peut influencer le futur en agissant au présent. Et j’ai mis en place en 2019 beaucoup de choses qui vont dans le bon sens ! Le problème, c’est que tout prend du temps et que j’en ai perdu beaucoup à corriger les tirs foireux de 2018. Il n’y aura pas de redaction de 2019, cette année je vais la laisser volontiers derrière moi sans y revenir, toutefois j’aime l’idée que le futur soit toujours en mouvement, toujours à écrire et qu’on puisse jusqu’à la dernière seconde le modifier. Par exemple, ces petits moments où j’ai eu à la dernière seconde des idées que j’ai décidé d’un coup d’un seul d’appliquer. C’est ce qu’on appelle en allemand une Schnappsidee ! Mais ce mot, nous le verrons dans une autre rédaction !

À propos de Romain Roche

Backpacker. Germanophile. Danseur SBK. Retrogamer. Fou d'aviation, de photo et bien sûr d'écriture. Bienvenue chez moi.

Discussion

Pas encore de commentaire.

A quoi pensez-vous?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Qui suis-je?

Romain Roche

Romain Roche

Backpacker. Germanophile. Danseur SBK. Retrogamer. Fou d'aviation, de photo et bien sûr d'écriture. Bienvenue chez moi.

Liens Personnels

Afficher le Profil Complet →

Select your language

%d blogueurs aiment cette page :